Comment la lumière influence notre sommeil ?

Contenu publié le : 1 octobre 2020 et modifié le: 1 octobre 2020

Notre sommeil est influencé par la lumière

L’arrivée de l’Automne correspond souvent à la période de l’année où nous commençons à manquer de sommeil, voire à ressentir du blues saisonnier. La raison : le manque de lumière !

Le sommeil est influencé par la lumière. En effet, notre rétine contient des cellules sensibles aux influx lumineux qui transmettent des informations sur le degré d’éclairement au cerveau. En fonction de l’intensité de la lumière captée, le cerveau va alors déclencher la production de mélatonine.

La mélatonine est une hormone qui sert, entre autres, à déclencher l’endormissement. Picotements dans les yeux, bâillements, diminution de l’attention… tous ces signaux sont envoyés par la mélatonine pour nous indiquer qu’il est temps d’aller se coucher.

Avec l’arrivée de l’automne, puis de l’hiver, les journées se raccourcissent. Nous recevons donc moins de lumière et notre cycle de sommeil peut s’en retrouver perturber. Cela peut entraîner l’apparition de troubles du sommeil, ainsi que du blues saisonnier.
Avec l’épidémie de Covid-19 actuelle, cette privation de lumière est d’avantage renforcée par le fait qu’un bon nombre de personnes sont en télétravail ou limitent leur déplacements.

Un recours possible : la luminothérapie

L’une des thérapies possible pour remédier à ce manque de lumière est la luminothérapie. Cette thérapie consiste à s’exposer à une lumière d’une intensité et d’un spectre lumineux proches de la lumière naturelle.

En l’absence de lampe de luminothérapie, une autre solution consiste tout simplement à… sortir de chez soi. La lumière naturelle a une intensité lumineuse de 25.000 lux en moyenne, ce qui suffit très largement à déclencher les mêmes effets qu’une lampe de luminothérapie (dont l’intensité est de 10.000 lux).
Malheureusement, cette méthode est soumise aux aléas climatiques et peut être contraignante pour les personnes en télétravail ou en situation de handicap.

Comment fonctionne la luminothérapie ?

En s’exposant ainsi à la lumière, il est possible de “recalibrer” son horloge interne sur des horaires plus adéquats. Une lumière forte le matin entraîne une avance des horaires de sommeil (vous vous endormez et vous réveillez plus tôt la nuit suivante). A l’inverse, une lumière forte le soir retarde les horaires d’endormissement et de réveil.

C’est aussi pour cette raison que nous vous recommandons d’éviter les écrans lumineux avant d’aller vous coucher, la lumière bleue qu’ils émettent retardant la sécrétion de mélatonine.

La lumière recommandée pour ce genre de thérapie est une lumière blanche d’une intensité de 10.000 lux et de la placer à 50 cm de vous. Il existe de nombreux types de lampes, d’écrans, voire même des lunettes adaptées à cette méthode et à des tarifs généralement abordables.
Si vous êtes libres de choisir en fonction de vos goûts, pensez aussi à demander conseil à votre médecin.

Si vous souffrez de troubles du sommeil, Automne ou pas, nous vous invitons à consulter un spécialiste du sommeil.
Quelque soit la saison, les troubles du sommeil doivent être pris au sérieux. N’hésitez pas à en parler à votre médecin traitant et à remplir notre questionnaire du sommeil.

Partagez ce contenu :