Les effets de l’alcool sur le sommeil

Contenu publié le : 3 janvier 2024 et modifié le: 3 mai 2024

Si ses effets sur la santé sont bien connus, quels sont les effets de l’alcool sur le sommeil en particulier ?

L’alcool agit sur le sommeil comme un sédatif qui ralenti l’activité du cerveau. Les effets sédatifs diminuent la vigilance et peuvent faciliter l’endormissement, ce qui augmente encore plus le risque d’accident de la route. La consommation d’alcool, surtout une consommation excessive, est associé à une diminution du temps et de la qualité de sommeil. Les effets de l’alcool varient selon l’individu, mais les grands consommateurs souffrent très souvent des insomnies.

Après consommation, l’alcool est absorbé à travers l’intestin et est transporté par le sang aux organes. L’alcool est métabolisé par le foie : la durée de l’effet dépend à la fois la quantité d’alcool consommé, la taille de la personne et la rapidité du métabolisme.

Les effets de l’alcool sur le sommeil sont multiples :

  • Par son effet de relaxation, l’alcool favorise l’endormissement, mais modifie l’architecture du sommeil avec une augmentation de nombre d’éveils et une difficulté à se rendormir. Quelqu’un ayant consommé de l’alcool est souvent très fatigué et somnolent le lendemain.
  • Par son effet relaxant sur les muscles du pharynx, l’alcool favorise les apnées du sommeil. On estime que sa consommation augmente le risque de développer des apnées du sommeil de 25%.
  • L’alcool a un effet direct sur notre horloge biologique puisqu’elle modifie ses horaires . Avec la fatigue induit par une mauvaise nuit de sommeil, cette modification de l’horloge augmente la tendance à faire les siestes en journée et aggraver les insomnies la nuit.

Les effets de l'alcool sur le sommeil

L’arrêt d’alcool chez les consommateurs légers à modérés peut se faire sans difficulté. L’arrêt est typiquement suivi par une amélioration de la qualité du sommeil, une diminution du ronflement chez les ronfleurs et une meilleur forme en journée.
En revanche, il est recommandé aux grands consommateurs de consulter un médecin avant d’arrêter brutalement la consommation en raison d’un risque de syndrome de sevrage.

Stopper sa consommation d’alcool peut être difficile. Si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à consulter un spécialiste ou le site alcool-info-service.

 

Accéder à tous nos articles de blog

 

Partagez ce contenu :